Par définition, la jurisprudence désigne l’ensemble des décisions de justice relatives à une question juridique donnée. Il s’agit donc de décisions précédemment rendues qui illustrent la manière dont un problème juridique a été résolu. La jurisprudence est constituée d’abord des décisions rendues par les hautes cours nationales, mais aussi, avec un poids moindre, de celles rendues par des cours. Mais il y a également d’autres définitions de ce mot.

Les autres types

  • Le deuxième type de jurisprudence compare et oppose le droit à d’autres domaines du savoir comme la littérature, l’économie, la religion et les sciences sociales. L’objectif de cette étude interdisciplinaire est d’éclairer chaque domaine de connaissance en partageant des idées qui se sont révélées importantes pour comprendre les caractéristiques essentielles des disciplines comparées.
  • Le troisième type de jurisprudence soulève des questions fondamentales au sujet du droit lui-même. Ces questions visent à révéler les fondements historiques, moraux et culturels d’un concept juridique particulier. La common law (1881), rédigée par Oliver Wendell Holmes, Jr. est un exemple bien connu de ce type de jurisprudence. Il retrace l’évolution de la responsabilité civile et pénale des sociétés sous-développées où la responsabilité pour les blessures était fondée sur des notions subjectives de vengeance vers les sociétés modernes où la responsabilité est fondée sur des notions objectives du caractère raisonnable.
  • Le quatrième ensemble de jurisprudence qui connaît la croissance la plus rapide porte sur des questions encore plus abstraites, notamment : qu’est-ce que le droit ? Quelle est sa relation avec la justice et la morale ? Quel est le rôle d’un juge ? Un juge ressemble-t-il davantage à un législateur qui se contente de statuer sur une affaire en faveur de l’issue la plus politiquement préférable ? Qu’est-ce que la justice ? Qu’est-ce que la liberté ?

Pourquoi la jurisprudence est étudiée ?

Sur le plan pratique, la lecture et la participation à des discussions jurisprudentielles développent la capacité d’analyser le droit et d’y réfléchir de façon critique et créative. De telles compétences sont toujours utiles dans la pratique du droit, en particulier lorsqu’il s’agit d’aborder de nouvelles questions de droit ou d’essayer de formuler et de préconiser de nouvelles approches aux problèmes juridiques. Sur le plan professionnel, la jurisprudence est la façon dont les avocats et les juges réfléchissent à ce qu’ils font et à leur rôle dans la société. Cette vérité se reflète dans la façon dont la jurisprudence est enseignée dans le cadre d’une formation universitaire en droit, où le droit est considéré non seulement comme un métier à apprendre (comme la menuiserie ou la réparation automobile), mais comme une activité intellectuelle. Pour ceux qui croient que seule la vie réfléchie vaut la peine d’être vécue et qui passent la plupart de leur temps à travailler au sein (ou autour) du système juridique, il y a de bonnes raisons de vouloir réfléchir profondément à la nature et à la fonction du droit, du système juridique et de la profession juridique.

Voilà alors ce qui en est de la jurisprudence, un terme qui couvre un domaine d’étude vraiment très vaste et complexe. Elle est cependant très appréciée des juristes qui prennent un plaisir fou à l’étudier.