Lorsque vous recevez une mise en demeure de l’AFP, vous devez bien étudier le motif de cette lettre. Il y a de grandes chances pour que ce soit en lien avec l’usage d’une photo décrite comme protégée. La réalité est sans doute différente, mais, avant de paniquer ou d’envisager des indemnités, n’hésitez pas à contacter un avocat. Ce dernier est spécialisé dans le litige AFP/PicRights, il aura alors les meilleurs conseils à vous partager puisque la mise en demeure pourrait s’annuler.

Qu’est-ce qu’une photo originale ?

Cette question est au cœur de tous les litiges liés aux clichés avec l’AFP et la société PicRights. Avec l’essor des technologies, les intelligences artificielles sont largement utilisées afin de rechercher rapidement les photos utilisées sur les sites. Toutefois, elles ne sont pas toujours considérées comme des photographies originales. Lorsque vous immortalisez une scène, vous n’êtes pas à l’origine de certains aspects comme le paysage, la lumière ou encore l’exposition.

  • De ce fait, un cliché utilisé par l’AFP notamment pour illustrer un fait divers ne sera pas forcément original.
  • Dans ce contexte, la mise en demeure peut donc être supprimée puisque vous n’avez pas enfreint ce caractère original.
  • Par contre, un photographe qui travaille sur la tenue d’une personne, le décor, l’exposition ainsi que la luminosité aura le droit à cette originalité.

Vous ne pouvez donc pas utiliser son cliché sans le mentionner ou sans demander sa permission que ce soit pour une simple illustration ou des fins commerciales. Pour tenter de vous retrouver dans toutes ces informations, le cabinet d’avocats peut clairement vous aider face à un litige AFP/PicRigts. Il y a souvent de petites notions très importantes qui sont mises de côté alors qu’elles sont primordiales. Il faut également un constat d’huissier avec la mise en demeure et il y a souvent qu’une capture d’écran qui n’a pas de valeur.